Traumatisme émotionnel ou psychique: que faire?

La vie quotidienne est semée d’embûches.

Et parfois, les drames surviennent sans crier gare.

On subit ce genre d’événements qui entraînent des souffrances psychologiques et mettent à mal nos émotions.

Dans certains cas, la voie de la guérison peut être longue et peut s’apparenter au parcours du combattant.

Si la mise en place d’un suivi psychologique est souvent nécessaire et qu’un soutien moral s’avère salutaire, la pratique de certains exercices respiratoires peut vous aider à panser vos blessures.

Traumatisme émotionnel ou psychique : que faire ?

Quelles sont les causes d’un traumatisme psychique ou émotionnel ?

Les traumatismes psychiques et émotionnels entraînent des blessures du psychisme.

Ils surviennent après des événements chocs, soudains et imprévus.

La sensibilité de chacun étant variable d’un individu à l’autre, il peut s’agir des suites :

• d’une rupture amoureuse ;

• d’une dispute avec un proche ;

• d’un harcèlement ;

• d’un choc violent, d’une agression physique/sexuelle ;

• d’une survie à un grave accident, un attentat.

On peut encore citer de nombreuses situations.

Les conséquences sur la vie de la personne victime ou témoin de ce genre d’événements (selon la situation) ont un impact important sur son état émotionnel.

Quels sont les symptômes rencontrés chez les individus en souffrance ?

S’il est un fait établi, c’est bien que le traumatisme subi par les victimes entraîne un sentiment d’insécurité.

Certaines personnes vont présenter des symptômes quelques jours, semaines ou mois après les événements.

Il peut s’agir de symptômes physiques, tels qu’une agitation, des douleurs diffuses, des sueurs intempestives, ou encore des tachycardies (augmentation du rythme cardiaque).

Néanmoins, des symptômes psychologiques peuvent également être associés à ces événements, tels que la dépression, la colère, l’anxiété généralisée, la tristesse, la culpabilité, ou encore la honte.

La respiration pour soigner les maux psychiques

Si certaines personnes réussissent à « guérir » spontanément, bien qu’il n’est pas rare qu’elles gardent des séquelles psychologiques, d’autres vivent les suites de ces situations traumatisantes plus difficilement.

Si faire appel à un psychologue pour s’en sortir est une solution, travailler sur sa respiration est une aide thérapeutique précieuse.

Le fonctionnement de la respiration

La respiration est un phénomène spontané, régi par le cerveau.

Le diaphragme est un muscle qui sépare la cage thoracique des viscères.

C’est l’un des principaux muscles de la respiration.

Il est d’ailleurs considéré comme le siège des émotions.

Il se contracte et se décontracte au cours des phases d’inspiration et d’expiration.

Dans les situations de stress, il tend à se contracter et à se bloquer.

La respiration devient alors plus limitée et concentrée sur le haut du corps.

L’anxiété et l’angoisse s’installent ensuite progressivement, si le phénomène perdure.

La respiration reflète donc les états émotionnels et psychologiques des individus.

Lorsque l’on subit un traumatisme psychique, le corps traduit ce phénomène en bloquant la respiration, et donc en contenant les émotions.

Le diaphragme se retrouve donc bloqué.

Libérer ce muscle, par le biais d’exercices respiratoires réguliers, permet de libérer un flot d’émotions et prendre le chemin progressif de la guérison.